Fonctionnement des filtres plantés de roseaux

 

STEP – Le traitement des eaux usées « sur filtres plantés de roseaux » consiste à faire circuler les effluents domestiques au fil de bassins successifs aménagés en paliers dans lesquels on a pris soin de créer, grâce à des minéraux (graviers et sables) et des végétaux (roseaux), un milieu extrêmement favorable à l’activité épuratoire. Les filtres plantés de roseaux doivent être alimentés en alternance (changement de ligne de filtres 2 fois par semaine) et par bâchées pour répartir correctement les eaux.

STEP Coupe

Notre station d’épuration sur filtre plantés de roseaux possède un 3° étage, où l’eau du bassin est exposée aux rayonnements U.V. En effet les rayonnements U.V ont pour effet de détruire les micro-organismes. Selon la quantité d’U.V., les micro-organismes seront soit stérilisés, et ainsi appelés à disparaitre, soit détruits.

 

Autour des racines des roseaux (rhizosphère) se développent de grandes populations de bactéries qui débarrassent les eaux usées de leurs impuretés en les transformant en molécules inoffensives. Les roseaux dont leur système racinaire est très dense assurent le fonctionnement permanent de la station d’épuration.
L’oscillation des roseaux sous l’effet des vents, entraîne un mouvement des tiges et des racines dans la masse des boues. Ainsi les boues ne risquent pas de colmater les lits filtrants.
La couche de graviers et de sables est drainée par le fond ce qui contribue encore à l’aération du milieu.

 

Les effluents perdent par filtration jusqu’à 90 % de leurs matières en suspension en traversant la couche de granulats contre seulement 50 % par décantation classique. Les boues sont déshydratées et compostées sur place par l’action conjuguée des bactéries et des plantes. Leurs volumes diminuent très fortement et le résidu est transformé en terreau qui s’accumule très lentement sur la surface des filtres.
Les roseaux ont la propriété de transporter, en grande quantité, de l’oxygène depuis leurs feuilles vers leurs racines. Ainsi, tout l’environnement racinaire et donc la masse de boues devient un milieu oxygéné propice à la dégradation de la matière organique sans odeurs (pas de fermentation).
Les cheminées d’aération dans chaque lit filtrant évitent également les phénomènes de fermentation producteurs de mauvaises odeurs.

 

Les interventions humaines sont réduites :
– 2 à 3 nettoyages hebdomadaires du dégrilleur + 1 nettoyage mensuel du bac dégraisseur ;
– fauchage annuel des roseaux (faucardage) après 3 ans de plantation pour éviter le pourrissement des roseaux ;
– enlèvement de la matière résiduelle sur les filtres tous les 10 ans.

 

Le dispositif s’intègre bien au paysage. À terme lorsque les roseaux sont développés, ils donnent une image plus esthétique qu’une station d’épuration traditionnelle.

 

Ces stations écologiques fonctionnent de manière rustique, ne requièrent pas d’énergie et ne créent aucune gêne sonore, visuelle ou olfactive pour les riverains.